05 avril 2019

LES GRATITUDES DE DELPHINE DE VIGAN

20190403_155156-01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé :

«  Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.  
Et la peur de mourir.   
Cela fait partie de mon métier.
Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c’est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas.  »

  
Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent  : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé  de la suivre.

Mon avis:

Un petit bijou!.

Un sujet grave, traité avec douceur et tendresse.

Peu à peu Michka disparait, les mots lui échappent, s'entremelent, pourtant elle s'est fixé un objectif tardif que Marie et sutout Jérôme vont l'aider à réaliser.

L'écriture est comme d'habitude pluide et plaisante, on aborde un sujet très présent et douloureux, mais avec empathie et delicatesse. 

J'ai reposé ce livre sereine, desireuse que toutes les personnes atteintes de cette maladie, quittent ce monde, sans attendre, le point de non retour, ce silence infini qui s'installe peu à peu, et nous coupe de tout, sans pour autant de la vie, nous imposant la solitude de l'oubli.

Sans parler de la grande souffrance des proches.

A lire !!! ♡