21 avril 2018

Les loyaute de Delpine de Vigan

Screenshot_20180421-094310    

 

 

 

 

 

  ****

 

Resume

Théo a douze ans et demi. Ses parents son divorcés.

Hélène est l’un de ses professeurs. Mathis, son meilleur ami. Cécile, la mère de Mathis.

Hélène soupçonne Théo d’aller mal. Peut-être est-ce dû à son passé, mais elle s’en inquiète plus que de raison.

Mathis suit son ami dans ses expériences les plus folles. En dépit du bon sens et dans le dos de leurs parents et professeurs.

Cécile a découvert un secret bien caché de son mari. Elle aurait préféré ne rien savoir. Aussi, elle pense que Théo a une mauvaise influence sur son fils, qui en viendrait presque à filer un mauvais coton.

 

Mon avis

ce roman est poignant,  les personnages attachants, l'ecriture sobre accentue la retenue, la pudeur face à cette situation. J'ai aimé .

 

Pourquoi ce livre, je lis tous les livres de cette auteyre, et je suis rarement decue.

 

 

Posté par Photaurore à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


01 octobre 2017

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan

Screenshot_20171001-132507

 

 

 

 

  

Screenshot_20171001-100102

 

 

 

 

Résumé 

« Dans l’ouvrage, la narratrice, Delphine, auteure à succès, nous livre les doutes qui peuvent assaillir un écrivain lorsque celui- ci ne trouve plus l’inspiration, elle- même vivant ce cauchemar. Elle raconte alors à postériori les faits qui ont précédé son blocage et l’implication de « L. », sa nouvelle amie, dans sa situation de souffrance et de frustration. »

Mon avis

Excellent...

 

je guette ses lives...

Posté par Photaurore à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 décembre 2010

"No et Moi" Delphine de Vigan

9782253124801   Emoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767

 

Un aperçu:

No et moi, c’est une rencontre merveilleuse avec Lou , adolescente surdouée de 13 ans. Coincée entre une mère à la dérive et un père qui force la bonne humeur, elle aborde sa 1ère année de lycée avec réticence et timidité jusqu’à sa rencontre avec No… Un regard nouveau sur le monde des SDF, un mélange de clairvoyance et de naïveté sur la pauvreté. Une bulle de douceur dans cette rentrée littéraire…

Un peu plus:

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.
Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde.
A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle.
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence.
No, privée d’amour, rebelle, sauvage.
No dont l’errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

Roman d’apprentissage, No et moi est un rêve d’adolescence soumis à l’épreuve du réel. Un regard d’enfant précoce, naïf et lucide, posé sur la misère du monde. Un regard de petite fille grandie trop vite, sombre et fantaisiste.Un regard sur ce qui nous porte et ce qui nous manque, à jamais.

Dans No et moi, Delphine de Vigan nous plonge avec brio dans les la peau de Lou, une lycéenne surdouée de treize ans en pleine révolution existentielle. Sa révolution à elle ? La rencontre dans une gare parisienne de No, une jeune SDF malmenée par l’existence, et de Lucas, un bad boy du lycée au cœur tendre en délicatesse avec sa famille…
Présentation de No et Moi par Delphine de Vigan elle-même, qui signe avec ce quatrième roman un impeccable roman d’apprentissage sur l’amitié, l’amour, l’utopie sociale et l’inexorable violence du réel.

Ce que j'en pense...

J'ai lu le livre, alors que le film vient de sortir. Je n'irai pas voir le film, j'ai bien trop aimé le livre.  Les personnages sont dans mon esprit si vivants, si réels, qu'aucun film ne pourrait me raconter ce livre autrement, pas pour le moment. J'ai bien entendu adoré le sujet, la façon délicate de l'aborder, et en même temps cette façon si réelle de nous montrer l'intolérable, ce qui vit à côté de nous, nous dérange, nous émeut, nous écoeure et contre quoi nous sommes souvent si impuissants. Je cotoie chaque jour des gens sans abri au sein d'une association et ce sujet me touche comme tout ce qui met l'Homme en retrait de cette société. Je conseille ce livre, j'encourage à regarder les autres, ceux qui sont différents de nous, avec empathie...tout ce qui arrive à d'autres peut nous arriver à nous aussi, et rien n' est impossible....mais rien n'est aisé...même de tendre la main...

Ce livre m'a été prêtée par ma maman <3

J'ai fini par loué le film que j'ai aimé également

 

 

Posté par Photaurore à 09:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

24 août 2010

"Les heures souteraines" Delphine De Vigan

vigan Emoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767

Résumé:

Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu'au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l'attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n'ait été dit, sans raison objective, Mathilde n'a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu'elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.
Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l'attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l'immense solitude qu'elle abrite.
Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d'eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s'arrête. Autour d'eux s'agite un monde privé de douceur.
Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au coeur d'une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l'on risque de se perdre sans aucun bruit.

L'auteur:

Delphine de Vigan est l'auteur de No et moi, révélation du magazine LIRE 2007, prix des libraires 2008 et prix solidarité 2009. Elle vit à Paris, connaît bien la ligne D du RER et la couleur des lignes de métro. Les heures souterraines est son cinquième roman

Mon avis:

Un livre que j'ai lu avec plaisir, sans pouvoir le poser. Une idée, qui n'a selon moi, pas été exploitée jusqu'au bout. On ressent ce qu'elle vit surtout si dans son passé ce genre de situation nous est de près ou de loin, familière, on comprend qu'elle ait voulu créer cette atmosphère insoutenable, la longueur des minutes, pourtant, je pense qu'elle aurait pu pousser plus loin encore. On a tendance à souhaiter qu'un livre nous livre une fin, un dénouement, la vie est souvent ainsi faite...elle se poursuit...

Livre offert Par Patricia et Sylvain

Posté par Photaurore à 11:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,