28 octobre 2012

"L'amour dure trois ans" Frédéric Beigbeder

9782253166863 coeur-rouge-transparent_agendathumbnailcoeur-rouge-transparent_agendathumbnail

 

Mot de l'éditeur:

Au début tout est beau, même vous. Vous n'en revenez pas d'être aussi amoureux. Pendant un an, la vie n'est qu'une succession de matins ensoleillés, même l'après-midi quand il neige. Vous vous mariez le plus vite possible - pourquoi réfléchir quand on est heureux ? Le héros-un jeune homme branché et noceur - se souvient de ses débuts dans la vie lorsque, plein d'illusions, il épouse Anne, la plus jolie fille de sa génération. La tendresse succéda à l'amour dès la deuxième année de leur mariage, l'infidélité fut la loi de leur couple dès la troisième année.

Mon avis:

Un livre qui se lit bien

Posté par Photaurore à 13:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


"les années perdues" Mary Higgins Clark

9782226241399coeur-rouge-transparent_agendathumbnailcoeur-rouge-transparent_agendathumbnail

 

Résumé:

Pour Mariah, le cauchemar commence quand elle retrouve sa mère une arme à la main, près du cadavre de son père. Aucun doute pour la police : atteinte d'Alzheimer, Kathleen Lyons a tué son mari dans une crise de jalousie. Mais Mariah, elle, est convaincue de son innocence.
Spécialiste de la Bible, Jonathan Lyons venait de faire une spectaculaire découverte : une lettre de Jésus à Joseph d'Arimathie, élucidant le mystère des fameuses « années perdues », volée dans la bibliothèque du Vatican au XVe siècle. Une nouvelle extraordinaire pour la chrétienté tout entière.
Aurait-on tué Jonathan Lyons pour récupérer le précieux parchemin ? Et dans ce cas, qui est le coupable ? Décidée à découvrir la vérité, Mariah se lance dans l'enquête, au péril de sa vie...
Un suspense éblouissant où Mary Higgins Clark joue avec un inégalable talent de tous les codes du thriller initiatique.

Note de l'éditeur:

Pour Mariah, le cauchemar commence quand elle découvre sa mère atteinte d’Alzheimer enfermée dans un placard, l’arme du crime au poing, à côté du cadavre de son père tué d’une balle dans la tête. Aucun doute pour la police mais Mariah, elle, est convaincue de l’innocence de sa mère. Son père, spécialiste de la Bible, avait fait quelques temps auparavant, une étrange découverte : une lettre de Jésus à Joseph d’Arimathie, disparue au 15e siècle de la bibliothèque du Vatican, après que le pape ait émis des doutes sur son authenticité. Mais elle a mystérieusement ressurgi et, avec elle, la preuve de son authenticité. Aurait-on tué son père pour récupérer ce parchemin d’une valeur inestimable ? Et, dans ce cas, qui est le coupable ? Mariah se lance dans l’enquête, au péril de sa vie. Depuis le succès de La Nuit du Renard, premier titre de la collection Spécial Suspense paru en 1979, Mary Higgins Clark s’est imposée en France et dans le monde comme la reine incontestée du suspense.

Mon avis:

Toujours un bon moyen de reprendre la lecture quand nous sommes dans une période où l'esprit a du mal à se concentrer. ça me vide la tête, et m'occupe les pensées.

 

Posté par Photaurore à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 octobre 2011

"Le ventre vide, le froid autour" Les filles du Calvaire

genere-miniature  images

Résumé:  "Je me suis consacrée à la Faim.Elle est mon refuge. Mon appui. Moi et la Faim ne dormons plus, moi et la Faim connaissons les veilles et la trop grande fatigue. Et vlan, six kilos de partis. Au travail ils le voient enfin. Ça discute derrière mon dos. Je flotte dans les couloirs, un sourire léger sur les lèvres, la Faim en moi, comme une marque au fer rouge. Ce n'était pas si compliqué en fait. Juste un peu de volonté contre cette purée rose et écoeurante, et voilà que ma véritable nature se révèle : je fais partie des poètes et des fous au regard enflammé par l'envie.
Je pense aux vacances qui approchent, aux trois rondelles de concombre que je mangerai ce soir. Et les murs s'effacent et pâlissent à la vue de mes os... Je sais que je vais bientôt sortir de ce mauvais rêve".

 Lucie, Véronique, Claire, Anne-Laure et Aurore, cinq jeunes femmes âgées de 20 à 30 ans, ont connu l'enfer des troubles alimentaires. Elles témoignent ici à cinq voix de ce mal particulier qu'est l'anorexie mentale.
Du corps amaigri que l'on cache aux os que l'on exhibe, elles dépeignent avec justesse l'euphorie et la douleur que procure la maîtrise de soi ; le déni de la maladie jusqu'à l'effondrement physique et l'impossibilité de communiquer avec les proches. Elles nous racontent aussi les soins hospitaliers, leurs victoires et leurs rechutes, l'importance de la thérapie et du soutien de leurs semblables, autant de moyens qu'elles ont trouvés pour apaiser peu à peu leur calvaire.

Mon avis: 

Voilà 3 nuits successives que je dévore ce livre, que je me nourris de son contenu, que j'avale chaque mot, chaque phrase...J'y ai trouvé tant de mots (maux) qui me parlent, tant de mots (maux) qui me définissent, tant de lieux où j'ai erré, tant d'endroits que j'ai connus où je me suis ressourcée...Ces témoignages m'ont tant parlé, le courage de tout écrire m'a tant touché, que je suis pleine aujourd'hui, lendemain de la dernière nuit où je l'ai terminé, pleine des maux qui emplissent ce livre.

 

Je le relirai et le surlignerai, comme tous ces livres que j’ai pu lire durant ces 10 années, où j’ai cherché en vain la réponse à mes tourments, la solution à ma guérison. Je remercie ces 10 mains de leur témoignage, de leur courage, de leur parcours, je me réjouis d’avoir séduite l’une d’entre elle par mes photos, car si je n’ai su encore par les mots en public faire parler mes mots sur cette période que je traverse, j’essaie par mes photos de traduire ce qu’elle est. Si tu es venue vers moi, il n’y a pas de hasard, tu savais que je savais, et tu as raison, je savais…ce que je ne sais peut-être pas pour moi-même…

 

J’ai envie de faire connaitre votre livre à des personnes que j’ai croisé dans ces lieux très fréquentables….

 

Je vous remercie de votre témoignage, de votre écrit si vrai. Je suis certaine déjà de son succès auprès des personnes touchées par ce mal, mais par d’autres aussi qui en sont proches, par les professionnels, par les amis, la famille, ceux qui choisissent d’essayer de comprendre et non de fuir…car nombreux sont ceux qui fuient et désertent le bateau avant qu'il ne soit complètement coulé ou sauvé....

Ce livre m'a été conseillé par Claire, que je remercie,  qui fut mon modèle pendant une séance photo...la 1ère...(https://www.facebook.com/pages/Fr%C3%A9d%C3%A9rique-Calloch-Photography-Photaurore/202996696377?ref=ts#!/media/set/?set=a.10150323607066378.361466.202996696377&type=3)

 

13 octobre 2011

"Indignez Vous!" Stéphane Hessel

9782911939761 images

 

Tous ses livres sont à acheter les yeux fermés, et à lire, les yeux bien ouverts.

C'est un grand homme comme il en est peu....

J'ai la chance de l'avoir rencontré plusieurs fois, de l'avoir écouté parlé...

Dans ce mini livre, il reprend tous ces combats, toutes ces croyances.

"Créer, c'est résister. Résister, c'est créer"

Je vous conseille ce livre.

A quelques jours du second tour des primaires, je me permets de dire ce qui n'est pas secret, puisqu'il le dit haut et fort, ici et là, qu'il soutient Martine Aubry...

J'ai rencontré cet homme grâce à Véronique Thiaudière, je l'en remercie.

Posté par Photaurore à 10:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 décembre 2010

"Falaises" Olivier Adam

9782757800683  coeur_rouge_transparent_agendathumbnail  coeur_rouge_transparent_agendathumbnail

Bio de l'auteur:

  • Olivier Adam est né en 1974. Après avoir grandi en banlieue et vécu
    à Paris, il s’est installé à Saint-Malo. Il est l’auteur de nombreux
    livres dont Passer l’hiver (Goncourt de la nouvelle 2004), Falaises,
    À l’abri de rien (prix France Télévisions 2007 et prix Jean-Amila-
    Meckert 2008), Des vents contraires (prix RTL / Lire 2009).

Un aperçu:

  • Etretat. Sur le balcon d’une chambre d’hôtel, un homme veille. Au bout de son regard : les falaises éclairées d’où s’est jetée sa mère vingt ans plus tôt.
    Le temps d’une nuit, le narrateur déroule le film de sa vie, cherche dans sa mémoire rétive les traces de sa mère disparue.
    Un roman d’un souffle et d’une ampleur romanesque exceptionnels.

Mon avis:

De ceux que j'ai préalablement lu ce n'est pas mon préféré, j'ai eu un peu de mal à suivre l'auteur, le tracé...Néanmoins, on y retrouve sa plume, l'émotion, la vie et tout ce que cela implique, impose...

Je vais vous livrer un extrait qui m'a beaucoup émue, touchée, donné la chair de poule...

"j'ai 31 ans et rster en vie à longtemps été pour moi une activité à plein temps, un programme, un horizon. Garder un semblant d'équilivre. Ne pas tomber en miettes ni fondre en larmes. Ne pas m'enfoncer, me laisser entraîner par ceux qui sont loin désormais,  à qui j'étais lié et dont le poids me leste...."

Rien que pour ces quelques lignes j'aurais pû lire ce livre....

Ce livre m'a été conseillée par Patricia

Posté par Photaurore à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


"Pas ce soir je dine avec mon père" Marion Ruggieri

9782253126652 thumbnailCABD9L7U

Relations parents-enfants
Un père qui ne veut absolument pas vieillir, une fille effacée face à celui -ci! Un roman drôle et charmant,qui quand on creuse, nous pousse à nous interroger sur les relations parents-enfants:qui doit laisser la place à l'autre pour s'épanouir?

Le Mot de l'éditeur : Pas ce soir, je dîne avec mon père

Mon père a décidé que son combat d’une vie serait de ne pas mourir. De ne pas mourir, donc de ne pas vieillir. D’arrêter le temps ? Au début, je croyais qu’il était seul atteint. Et puis je me suis aperçue que la génération suivante était pire. Voilà le problème. Les gens ne veulent plus mourir. Alors ils volent la vie de leurs enfants. Ce sont des ogres.

Mon avis:

On lit, on s'interroge, on se demande, qui a besoin le plus de grandir...

Chacun doit tenter de faire son chemin, côte à côte sans penser que l'autre à achever sa vie, sans penser qu'il empiète sur la vie de l'autre.

Notre chemin, se poursuit au dela d'avoir mis son enfant au monde, et ce n'est certainement pas plus simple pour l'enfant de voir que son parent n'a pas fini de se trouver, de se construire et ce n'est surement pas pour cela qu'il n'est pas capable de le guider.

Un livre tendre, charmant...

Emprunté dans la bibliothèque de ma mère, par ma fille (avec un titre pareil) logique, et je l'ai lu ensuite...

Posté par Photaurore à 15:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 décembre 2010

"No et Moi" Delphine de Vigan

9782253124801   Emoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767

 

Un aperçu:

No et moi, c’est une rencontre merveilleuse avec Lou , adolescente surdouée de 13 ans. Coincée entre une mère à la dérive et un père qui force la bonne humeur, elle aborde sa 1ère année de lycée avec réticence et timidité jusqu’à sa rencontre avec No… Un regard nouveau sur le monde des SDF, un mélange de clairvoyance et de naïveté sur la pauvreté. Une bulle de douceur dans cette rentrée littéraire…

Un peu plus:

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.
Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde.
A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle.
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence.
No, privée d’amour, rebelle, sauvage.
No dont l’errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

Roman d’apprentissage, No et moi est un rêve d’adolescence soumis à l’épreuve du réel. Un regard d’enfant précoce, naïf et lucide, posé sur la misère du monde. Un regard de petite fille grandie trop vite, sombre et fantaisiste.Un regard sur ce qui nous porte et ce qui nous manque, à jamais.

Dans No et moi, Delphine de Vigan nous plonge avec brio dans les la peau de Lou, une lycéenne surdouée de treize ans en pleine révolution existentielle. Sa révolution à elle ? La rencontre dans une gare parisienne de No, une jeune SDF malmenée par l’existence, et de Lucas, un bad boy du lycée au cœur tendre en délicatesse avec sa famille…
Présentation de No et Moi par Delphine de Vigan elle-même, qui signe avec ce quatrième roman un impeccable roman d’apprentissage sur l’amitié, l’amour, l’utopie sociale et l’inexorable violence du réel.

Ce que j'en pense...

J'ai lu le livre, alors que le film vient de sortir. Je n'irai pas voir le film, j'ai bien trop aimé le livre.  Les personnages sont dans mon esprit si vivants, si réels, qu'aucun film ne pourrait me raconter ce livre autrement, pas pour le moment. J'ai bien entendu adoré le sujet, la façon délicate de l'aborder, et en même temps cette façon si réelle de nous montrer l'intolérable, ce qui vit à côté de nous, nous dérange, nous émeut, nous écoeure et contre quoi nous sommes souvent si impuissants. Je cotoie chaque jour des gens sans abri au sein d'une association et ce sujet me touche comme tout ce qui met l'Homme en retrait de cette société. Je conseille ce livre, j'encourage à regarder les autres, ceux qui sont différents de nous, avec empathie...tout ce qui arrive à d'autres peut nous arriver à nous aussi, et rien n' est impossible....mais rien n'est aisé...même de tendre la main...

Ce livre m'a été prêtée par ma maman <3

J'ai fini par loué le film que j'ai aimé également

 

 

Posté par Photaurore à 09:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

25 août 2010

"La théorie du moustique" Nancy Werlin

moustiqueEmoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767

Donner l'envie de le lire:

Pour le jeune Matthew Walsh et ses soeurs, Callie et Emmy, la vie dans la banlieue de Boston est une lutte quotidienne. En effet, tout en leur jurant son amour, Nikki, leur mère, fait planer la terreur sur ses trois enfants. Un amour destructeur dont Matt porte tous les stigmates, comme cette cicatrice à la gorge faite avec un couteau après qu'elle l'eut surpris en train de voler un biscuit dans la cuisine. La seule personne qui leur permettrait de recouvrer un semblant de vie normale est Murdoch, le nouveau petit ami de leur mère. Mais cet homme au passé violent, qui ne tarde pas à fuir la folie de Nikki, sera-t-il en mesure de les sauver ? Le roman, sous la forme d'une lettre écrite par Matthew à sa petite soeur, raconte le calvaire enduré auprès d'une mère dangereusement instable, et surtout l'histoire d'une incroyable solidarité fraternelle.

Le livre:

"La Théorie du moustique" a reçu une trentaine de prix aux États-Unis et a été finaliste du Los Angeles Times Book Prize ainsi que du National Book Award en 2006.

Mon avis:

On lit ce livre comme ci nous venions de le recevoir comme une lettre qui nous serait adressée. On le dévore, on voudrait prendre ces enfants sous notre aile...mais pas seulement les enfants. On aimerait pouvoir aider cette femme, la diriger vers des lieux qui pourraient l'aider à se faire soigner et ainsi protèger ses enfants. Avant d'être bourreau, elle a surement été victime...mais ce n'est pas le thème du livre. ce livre met également en évidence, l'indifférence, l'individualisme, comment un monde d'adultes peut il passer à côté d'un tel drame psychologique. Je ne sais à quelle période se déroule cette histoire, on aime à penser qu'aujourd'hui des situations comme celles ci sont plus rares, je crains que non.

Ce livre m'a été offert par Patricia et Sylvain

24 août 2010

"Les heures souteraines" Delphine De Vigan

vigan Emoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767

Résumé:

Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu'au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l'attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n'ait été dit, sans raison objective, Mathilde n'a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu'elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.
Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l'attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l'immense solitude qu'elle abrite.
Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d'eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s'arrête. Autour d'eux s'agite un monde privé de douceur.
Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au coeur d'une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l'on risque de se perdre sans aucun bruit.

L'auteur:

Delphine de Vigan est l'auteur de No et moi, révélation du magazine LIRE 2007, prix des libraires 2008 et prix solidarité 2009. Elle vit à Paris, connaît bien la ligne D du RER et la couleur des lignes de métro. Les heures souterraines est son cinquième roman

Mon avis:

Un livre que j'ai lu avec plaisir, sans pouvoir le poser. Une idée, qui n'a selon moi, pas été exploitée jusqu'au bout. On ressent ce qu'elle vit surtout si dans son passé ce genre de situation nous est de près ou de loin, familière, on comprend qu'elle ait voulu créer cette atmosphère insoutenable, la longueur des minutes, pourtant, je pense qu'elle aurait pu pousser plus loin encore. On a tendance à souhaiter qu'un livre nous livre une fin, un dénouement, la vie est souvent ainsi faite...elle se poursuit...

Livre offert Par Patricia et Sylvain

Posté par Photaurore à 11:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 janvier 2010

" Leur Histoire"(les mots bleus) de Dominique Mainard

9782070787302Emoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767Emoticons_plus_com_20__2011767

Leur histoire

Anna a six ans. Elle n'a jamais parlé. Une crainte étrange court tel un fil dans sa famille depuis trois générations, la

crainte que les mots ne soient «des traîtres, des voleurs», une menace insidieuse capable de vous ôter la vie et l'amour des êtres qui vous sont chers.

Nadèjda, sa mère - la narratrice -, a refusé d'apprendre à lire et à écrire. À l'âge d'Anna, elle a assisté impuissante à la mort de sa grand-mère, provoquée, s'est-elle imaginé, par l'un des mots du conte que la vieille femme lui lisait alors...

Lorsque, en désespoir de cause, elle inscrit Anna dans une école pour malentendants, elles croisent le chemin de Merlin, un enseignant qui emploiera toutes ses forces à «donner la parole» à l'enfant. Entre la frayeur que Nadèjda éprouve et l'amour qui naît bientôt entre elle et Merlin, des bulles de savon, un sifflet, des masques seront autant de pierres formant un gué périlleux qui permettra à Anna d'atteindre l'autre rive.

«Un conte et un règlement de compte avec les mots.» Catherine Argand, Lire.

Dominique Mainard est l'auteur de plusieurs recueils de nouvelles et de romans. Leur histoire a paru pour la première fois en 2002 et a été couronné par le Prix du Roman FNAC et le prix Alain-Fournier. Il a également fait l'objet d'une adaptation cinématographique sous le titre Les mots bleus, réalisée par Alain Corneau en 2005. Son dernier livre, Le ciel des chevaux, a paru en 2004.

Extrait du livre:
Anna, mon enfant fleur, mon enfant muette. Depuis toujours me semble-t-il, depuis avant même sa naissance, j'observe sa bouche silencieuse, ses gencives pâles et nues qu'ont peu à peu percées les dents de lait - les minuscules tourelles blanches de ses dents de lait, défendant sa bouche, des armes dérisoires, mais elle est restée muette. Avant qu'elle n'apprenne à manger seule, à chaque cuillerée glissée entre ses lèvres j'essayais de glisser mon regard jusqu'à sa gorge, espérant quoi ? Apercevoir ses cordes vocales alignées telles des cordes de chair, prêtes à vibrer, espérant toujours qu'il s'en échappe un mot; même si cela avait été un mot vide, une simple bulle, d'air, de souffle, d'haleine, je l'aurais reconnu, je crois, et j'en aurais été si heureuse. Mais un an, deux ans, trois ans ont passé, et il n'y a eu ni marna, ni doudou, ni zozio, même à l'oisellerie où je l'emmenais quand je n'avais trouvé personne pour la garder et où elle passait des heures en contemplation devant les cages des bengalis et des perruches. Quand elle avait sommeil, elle se glissait le pouce enfoui dans la bouche à l'intérieur de l'immense volière vide exposée en vitrine, par une toute petite porte en fer forgé, la luxueuse volière destinée à accueillir des aras ou des familles entières de merles de Nubie et dont j'avais tapissé le sol de coussins; les passants s'arrêtaient pour contempler derrière la vitre cette enfant endormie dans une cage malgré la cacophonie des chants, lentement recouverte des plumes que perdaient les oiseaux en battant des ailes.

Avant qu'elle ne sache marcher, quand elle n'avait que quelques mois, j'allais la coucher à l'heure de la sieste dans l'arrière-boutique toute tiède et odorante des kilos de graines qu'on y entreposait.

Mon avis

Un très joli conte dans lequel on se jette sans pouvoir se détacher, facile à lire, touchant...un livre qui va peut être me donner envie de dévorer la pile de livres à lire qui ne cesse d'augmenter...

Merci à Marie qui me l'a conseillé

Posté par Photaurore à 12:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,