30 mars 2013

"Boomerang" Tatiana de Rosnay

21486739_1422109 thumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7U

 

Résumé:

Sa sœur était sur le point de lui révéler quelque chose… et soudain, c’est l’accident. Elle est grièvement blessée. A l’hôpital, l’angoisse au ventre, Antoine Rey fait le bilan de son existence : femme partie, ados rebelles, père tyrannique, comment en est-il arrivé là ? Et surtout que voulait lui dire sa sœur ? Alors que son passé ressurgit brutalement, Antoine vacille. Une troublante embaumeuse lui apportera une aide inattendue dans sa quête de vérité. Après Elle s’appelait Sarah, best-seller international vendu à un million d’exemplaires, Boomerang dose avec adresse suspense, comédie et émotion.

 

Mon avis:

Malgré quelques incohérences relevées au cours de la lecture, une belle plume, un livre qui se lit avec plaisir et suspence, j'ai beaucoup aimé.

 

Posté par Photaurore à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 mars 2013

"L'envie" Sophie Fontanel

envie-sophie-fontanel-82609069e  autocollant-smiley-decu

 

Résumé:

« Pendant une longue période, qu'au fond je n'ai à coeur ni de situer dans le temps, ni d'estimer ici en nombre d'années, j'ai vécu dans peut-être la pire insubordination de notre époque, qui est l'absence de vie sexuelle. Encore faudrait-il que ce terme soit le bon, si l'on considère qu'une part colossale de sensualité a accompagné ces années, où seuls les rêves ont comblé mes attentes ? mais quels rêves ?, et où ce que j?ai approché, ce n'était qu'en pensée - mais quelles pensées. Sur ce rien qui me fut salutaire, et dans lequel j'ai appris à puiser des ressources insoupçonnées, sur ce qu'est la caresse pour quelqu?un qui n'est plus caressé et qui, probablement, ne caresse plus, sur l'obsession gonflant en vous et dont on dit si bien qu'elle vous monte à la tête, sur la foule résignée que je devine, ces gens que je reconnais en un instant et pour lesquels j'éprouve tant de tendresse, je voulais faire un livre. »

Mon avis:

Un beau sujet, interessant, souvent tabou mais à peine effleuré dans ce livre, dans lequel je me suis ennuyée, dans lequel j'ai attendu attendu que quelque chose m'atteigne, m'interesse...Pour moi elle est passée à côté de son sujet et je le regrette....

Posté par Photaurore à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2013

"Rien ne s'oppose à la nuit" Delphine de Vigan

Le-Prix-du-Roman-Fnac-2011-revient-a-Rien-ne-s-oppose-a-la-  imagesDouloureux coup de coeur...

 

Résumé:

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.

 

Mon avis:

je n'ai pu m'empêcher de lire ce livre en superposant ma propre vie et celle de ma fille.

Douloureuse lecture donc, mais fabuleux roman, comme un voile que l'on soulève peu à peu.

Une écriture que j'avais pu apprécier dans "No et Moi"

J'ai cru un moment que la fin ne serait pas celle ci...pourtant que de souffrances supportées, endurées, combattues, pour garder la tête hors du fond de la piscine...

Un livre que je recommande....

Et qui me noue encore aujourd'hui alors que je l'ai terminé hier l'estomac....

Posté par Photaurore à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2013

"Indigo" de Catherine Cusset

poster_253280  thumbnailCABD9L7U

 

Le livre:

Du 5 au 14 décembre 2009, ils sont quatre Français à se retrouver en Inde, à l'occasion d'un festival culturel dans le sud du pays : Charlotte Greene, une cinéaste de 47 ans qui vit à New York où elle a laissé avec anxiété ses deux filles et leur père ; deux écrivains parisiens, l'un, Raphaël Eleuthère, la quarantaine, portant beau mais taiseux, et l'autre, Roland Weinberg, "barbon vieillissant" de 64 ans mais séducteur impénitent, accompagné de sa ravissante dulcinée italienne. Sur place les attend Géraldine Legac, une expatriée mariée à un Indien, tout juste maman d'un petit garçon, responsable de l'Alliance française de Trivandrum. Ils ne se connaissent pas. Du moins le croient-ils... Car tous vont, à leur insu, renouer avec leur passé. Et c'est un passé douloureux - pour Charlotte le fantôme d'une amie disparue, pour Raphaël et Géraldine des retrouvailles inattendues vingt-cinq ans après s'être connus, pour Roland un rendez-vous troublant avec une Indienne qu'il a passionnément aimée et qui l'a brutalement quitté. Aucun ne sortira indemne de cette semaine. De Delhi à Kovalam, ils voyagent dans une Inde sous tension où, juste un an après les attentats de Bombay, la menace terroriste se fait sentir partout ; où les moeurs s'accordent mal avec la légèreté et la raison françaises ; où "la chaleur sensuelle" exacerbe les passions ; où le ciel avant l'orage est couleur indigo... Catherine Cusset s'inscrit à nouveau dans une veine romanesque captivante, attribuant à ses personnages une belle épaisseur psychologique et manipulant leur destin avec un formidable sens dramaturgique, sans se payer de mots.

 

Mon avis:

Une écriture agréable, un livre dépaysant qui ne parvient cependant pas à nous faire nous envoler tout à fait en Inde, et surtout j'ai attendu quelque chose qui n'est jamais venu...un roman ne peut il pas être aussi comme la vie parfois et sans plus...?

 

Posté par Photaurore à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2013

"Aleph" Paulo Coelho

9782081256491_af619d084200w400 autocollant-smiley-decu

 

Mon avis:

J'ai tenu 100 pages...j'abandonne, je m'ennuie, l'écriture est pauvre, sans relief...ce n'est pas le premier roman de Paulo Coelho qui me fait cet effet là, et c'est pour cela que je l'avais délaissé...

Sa quête de spiritualité, de recherche de soi, pourtant si interessante, il ne me la transmet pas, je n'y crois pas, je sens au delà de cette quête son mal être, qu'il ne s'avoue pas, peut-être, je ne sais pas...

je laisserai ma fille le lire, puisque c'est un livre qu'elle a choisi, et elle me dira alors ce qui m'a échappé...moi je ne peux pas, je ne peux pas perdre cette boulimie de lecture qui m'habite en ce moment pour un livre qui ne me convient pas...

 

Posté par Photaurore à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 février 2013

"L'atelier des miracles" Valérie Tong Cuong

LAtelier-des-miracles-190x300 imagesUn vrai coup de coeur!!!

 

Résumé:

Prof d’histoire-géo mariée à un politicien narcissique, Mariette est au bout du rouleau. Une provocation de trop et elle craque, envoyant valser un élève dans l’escalier. Mariette a franchi la ligne rouge.
Millie, jeune secrétaire intérimaire, vit dans une solitude monacale. Mais un soir, son immeuble brûle. Elle tourne le dos aux flammes se jette dans le vide. Déserteur de l’armée, Monsieur Mike a fait de la rue son foyer. Installé tranquillement sous un porche, il ne s’attendait pas à ce que, ce matin, le « farfadet » et sa bande le passent à tabac.
Au moment où Mariette, Millie et Mike heurtent le mur de leur existence, un homme providentiel surgit et leur tend la main – Jean, qui accueille dans son Atelier les âmes cassées, et dont on dit qu’il fait des miracles.
Mais peut-on vraiment se reconstruire sans affronter ses fantômes ? Avancer en se mentant et en mentant aux autres ? Ensemble, les locataires de l’Atelier vont devoir accepter leur part d’ombre, tandis que le mystérieux Jean tire les ficelles d’un jeu de plus en plus dangereux.

 

Mon avis:

On s'attache de suite à tous ces personnages, perdus, errants, à cette écriture croisée. On se prend d'affection pour tous ces personnages et le personnage de Jean qui tend la main à tous ces démunis, et puis on revient à la réalité de la vie, aux attentes de chacun, aux raisons, aux pourquois...

On réalise que rien n'est simple, que la réalité n'est pas simple, que chacun traine avec lui ses démons, ses tracas...

Mais ce livre est cependant un tel message d'optimisme que ça fait du bien de le lire...

On se dit qu'un jour, pour nous aussi, ce déclic arrivera...peut-être... et que nous parviendrons, non seulement à accepter une main tendue, mais que nous parviendrons aussi à nous prendre par la main...et à vivre et non survivre...

je vous le recommande vivement

Posté par Photaurore à 15:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 février 2013

"Je vais mieux" de David Foenkinos

je vais mieux  thumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7U

 

Résumé:

Un jour, je me suis réveillé avec une inexplicable douleur dans le dos.
Je pensais que cela passerait, mais non.
J’ai tout essayé…
J’ai été tour à tour inquiet, désespéré, tenté par le paranormal.
Ma vie a commencé à partir dans tous les sens.
J’ai eu des problèmes dans ma vie professionnelle, dans mon couple, avec mes parents, avec mes enfants.
Je ne savais plus que faire pour aller mieux…
Et puis, j’ai fini par comprendre.

David Foenkinos est l'auteur de dix romans dont La délicatesse et Les souvenirs. Ses romans sont traduits dans plus d’une trentaine de pays.

 

Mon avis:

Un livre très sympa et agréable...

Ou comment le corps parle quand la tête ne comprends rien...

Posté par Photaurore à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 février 2013

"Cinquante nuances plus claires" El James Tome III

9782709642545  thumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7U

 

Résumé:

La rencontre d'Ana Steele et de Christian Grey, chef d'entreprise ambitieux mais tourmenté, les a précipités dans une histoire d'amour torride qui a irrémédiablement bouleversé leurs existences. Ana a toujours su que ses amours avec son Cinquante Nuances seraient orageuses : leur vie commune pose des défis que ni l'un ni l'autre n'avaient envisagés. Ana doit apprendre à partager le style de vie opulent de Grey sans sacrifier sa propre intégrité ou son indépendance ; Grey doit surmonter son obsession de tout contrôler, et exorciser les horreurs qui le hantent. Enfin réunis, ils ont tout : l'amour, la passion, l'intimité, la richesse et une infinité de possibles. Mais alors même que la vie les comble, le malheur et le destin conspirent pour plonger Ana dans le pire des cauchemars...

Mon avis:

Il ne m'aura fallu que 4 petits jours pour dévorer ce troisième tome. Pour moi le 1er restera le meilleur, malgré ce que je peux lire ici et là...Par son audace, l'étonnement devant tant de sensualité...On apprécie cependant le déroulement du dernier, sa fin, que l'on pouvait appréhender...l'évolution psychologique du personnage Mr Grey est interessante...Mais voilà...

Un 4ème tome aurait été pour moi de trop...Ravie de pouvoir passer à autre chose...

Actualité:

Le livre est en tête des ventes - 450 000 exemplaires en France en deux mois ; voilà pourtant bien un livre dont le buzz et les ventes - 40 millions d’exemplaires aux Etats-Unis et au Royaume Uni - ont largement dépassé la valeur littéraire…

Outre-mer, Fifty Shades of Grey, en français Cinquante nuances de Grey, de Erika Leonard James, a été bien plus qu’un simple livre, il a été un véritable phénomène de société. Qualifié de Mommy porn - du porno pour maman, il a été tout d’abord téléchargé sans même avoir d’éditeur et donc d’exister en version papier. De quoi lire en toute discrétion sur sa tablette… Par ailleurs, dans une société disons puritaine, avec des mœurs, une culture, un mode de vie totalement différent du modèle européen. Fifty Shades of Grey, un livre qui parle de sexe, d’érotisme, de sadomasochisme, voilà de quoi faire frétiller les américaines et nos voisines britanniques sur cette trilogie, dont le premier tome est arrivé chez nous mi-octobre. Alors, oui, ça attise notre curiosité, mais au pays de Sade, il y a de quoi déchanter très vite avec le sentiment à la fin de cette romance érotique d’avoir été légèrement berné vu la profondeur psychologique des personnages et la pauvreté du récit…

Sadomasochisme et versatilité

L’histoire ? La narratrice Anastasia Steele, étudiante timide et vierge – la précision est importante – rencontre lors d’une interview le jeune milliardaire Christian Grey, qu’elle trouve très séduisant – et le mot n’est pas trop fort étant donné qu’elle nous le dit bien une centaine de fois – mais également intimidant et mystérieux. Cette médiocre narratrice a néanmoins du nez car elle va découvrir, lors de leur premier rendez-vous, où il l’emmène à Seattle en hélicoptère – genre prince charmant - le penchant bien prononcé de son séduisant Christian pour le sadomasochisme, lequel veut lui faire signer un contrat, avec tout un tas de règles et de limites, pour faire d’elle sa “soumise”. Ce soir-là, avant de lui faire découvrir ce qu’il appelle sa « salle de jeux » et qu’elle appellera « la chambre rouge de la douleur », le dominant Christian Grey lui dit : « Premièrement, je ne fais pas l’amour. Je baise… brutalement. Deuxièmement, il y a encore des papiers à signer. Et troisièmement, vous ne savez pas encore à quoi vous vous engagez. Quand vous l’apprendrez, vous risquez de fuir à toutes jambes ». Toute l’histoire tourne autour de leur sexuelle idylle, du contrat qu’elle décide de signer un jour, puis non, puis oui, puis non… , de leur ébats sexuels où il sera le professeur et elle l’élève, plutôt que le dominant et la soumise – il lui fait bien plus l’amour, qu’il ne la « baise » -, et de la série d’orgasmes d’Anastasia, pouvant aller à deux pendant l’acte … ce qui en devient très ennuyeux.

Alors, roman érotique ? Oui. Sadomasochiste ? Appelons-ça plutôt du sexe pimenté par quelques accessoires et quelques fessées ce qui en fera peut être rougir certaines… à moins que cela ne leur donne envie.

 

Posté par Photaurore à 21:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2013

"Barbe Bleue" Amélie Nothomb

9782226242969 imagescoup de coeur!

 

« La colocataire est la femme idéale. »Amélie Nothomb

 

Mon avis:

Barbe Bleue revisité par Amélie Nothomb, un petit régal...

Des dialogues dont la répartie de la colocataire ne gache pas l'ensemble.

Un autre livre que je conseille...

Déjà lu du même auteur:

  • Hygiène de l'assassin
  • le sabotage amoureux
  • les combustibles
  • Stupeur et tremblements
  • Métaphysique des tubes
  • Cosmétique de l'ennemi
  • Antéchrista
  • Biographie de la faim

Un livre qui m'a été prêté par ma mère et qui lui a été offert par mon frère et sa femme, Patricia

Posté par Photaurore à 15:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 février 2013

"Les deux messieurs de Bruxelles" Eric Emmanuel Schmitt

9782226244321 imagesGros coup de coeur!

 

« En amour, on croit être deux alors qu'on est trois. »

Dans la lignée de Concerto à la mémoire d'un ange, La rêveuse d'Ostende et Odette Toulemonde, les nouvelles très romanesques d'Eric Emmanuel Schmitt parlent de l'amour sous toutes ses formes : conjugal, clandestin, paternel, filial, mais aussi amour de l'art ou amour de l'humanité. À travers un suspens subtil et ensorcelant, elles dépassent à chaque fois les apparences pour déjouer l'attendrissante complexité du coeur humain.

 

Un recueil de 5 nouvelles sur le mystère des sentiments inavoués. Souvent, l’architecture d’une vie est composée de passions invisibles, qui ne se diront jamais, que personne ne devinera, inaccessibles parfois même à celui qui les éprouve. Et pourtant, quoiqu’obscurs, ces sentiments sont réels ; mieux, ils construisent la réalité d'un destin. Avec délicatesse, Eric-Emmanuel Schmitt dévoile les secrets de plusieurs âmes. Une femme entretenue et gâtée par deux hommes qu’elle ne connaît pas. Un héros qui se tue à la mort de son chien. Une mère généreuse qui se met à haïr un enfant. Un couple dont le bonheur repose sur un meurtre. Un mari qui rappelle constamment sa nouvelle femme au respect de l’époux précédent…Dramaturge, romancier, nouvelliste, essayiste, cinéaste, traduit en 40 langues et joué dans autant de pays, Eric-Emmanuel Schmitt est un des auteurs les plus lus et les plus représentés dans le monde.

 

Mon avis: Des nouvelles comme des romans. Encore une fois je me suis laissée emporter par la plume exemplaire de Monsieur Eric Emmanuel Schmitt, sa remarquable façon de parler, de l'amour, des sentiments, sa façon particulière de nous amener à réfléchir sur notre façon de penser, notre façon parfois trop radicale de penser, on s'interoge sur un sujet d'actualité qu'est le mariage homosexuel, sur l'amour entre un homme et une femme et celui entre 2 hommes, sur le don d'organes, sur le choix d'avorter ou pas, parce qu'on nous annonce que notre enfant ne sera pas "normal", sur l'amour pour un animal, sur le pardon...sur tant de sujets importants, déroutants...et on ferme le livre avec l'ultime conviction que nous passerons notre vie à réfléchir sur ces sujets, à évoluer dans notre façon d'y penser, à admettre qu'il n'y a pas une façon de répondre à toutes ses questions, et que seule la sagesse que nous n'atteindrons sans doute jamais nous permettrait d'avoir un jugement adapté...

je recommande à tous ce livre, comme tous les autres...

 

Ce livre m'a été prêté par ma mère, qui l'a eu en cadeau de mon frère et Patricia, sa femme.

Posté par Photaurore à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]