27 octobre 2013

"Monde sans Oiseaux" de Karin Serres

images

 

 

 

 

 

        

 **

Le livre:

« Petite Boîte d’Os » est la fille du pasteur d’une communauté vivant sur les bords d’un lac nordique. Elle grandit dans les senteurs d’algues et d’herbe séchée, et devient une adolescente romantique aux côtés de son amie Blanche. Elle découvre l’amour avec le vieux Joseph, revenu au pays après le « Déluge », enveloppé d’une légende troublante qui le fait passer pour cannibale. 
Dans ce monde à la beauté trompeuse, se profile le spectre d’un passé enfui où vivaient des oiseaux, une espèce aujourd’hui disparue. Le lac, d’apparence si paisible, est le domaine où nagent les cochons fluorescents, et au fond duquel repose une forêt de cercueils, dernière demeure des habitants du village. 
Une histoire d’amour fou aussi poignante qu’envoûtante, un roman écrit comme un conte, terriblement actuel, qui voit la fi n d’un monde, puisque l’eau monte inexorablement et que la mort rôde autour du lac…

 

Mon avis:

L’auteur nous plonge dans un univers aquatique où se côtoient les cochons roses fluo, les lapins verts et des hommes aux pieds palmés. A travers le quotidien de ce petit village à l’écart du reste du monde, préservé de l’urbanisation et de la modernité, Karin Serres transporte ses lecteurs dans un univers onirique, étrange que l’on croirait presque prémonitoire et qui fait écho à notre monde en proie à la perdition. 

Sous forme de conte ou fable écologique, fantastique, l’on découvre une petite bulle hors du temps et de l’espace qui tour à tour, angoisse et enchante.

Ce récit très lyrique et original  mais dont le thème de la société est tout de même très présent  est difficile à résumer ou à décrire l'ambiance qui y règne, c’est un de ces ouvrages que l’on ne peut que lire pour le découvrir.
Néanmoins il manque de profondeur à mon goût, et j'ai eu du mal à me laisser emporter par cette fable...peut-être parce que j'adore les oiseaux et qu'ils ont disparus...

 

Offert par Jième pour mon dernier anniversaire

Posté par Photaurore à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


13 octobre 2013

"Une larme m'a sauvée" Angèle Lieby & Hervé de Chalendar

une-larme-m-a-sauveestar_full_98412star_full_98412star_full_98412

 

Résumé:

La veille du 14 juillet, Angèle Lieby se rend aux urgences d’un hôpital de Strasbourg pour une mauvaise migraine. Son état s’aggrave et on doit la plonger dans un coma artificiel.
Quelques jours plus tard, les médecins n’arrivent pas à la réveiller? : malgré toutes les stimulations, Angèle ne montre aucun signe de vie. « ?Il faut la débrancher? !? » Finit-on par dire à son mari.
Pourtant, le jour anniversaire de son mariage, sa fille voit une larme perler au coin de sa paupière. 
Angèle est non seulement vivante, mais parfaitement consciente. Et ce depuis le premier jour... 
En Alsace où elle vit, Angèle Lieby a rencontré Hervé de Chalendar, journaliste à L’Alsace. Ému par son histoire, il en a fait le récit dans son journal et a obtenu le prix Hachette.

 

Note de l'auteur:

Une expérience hors du commun

Témoignage
Transportées aux urgences de l’hôpital de Strasbourg pour un malaise, Angèle Lieby commence à avoir des difficultés à s’exprimer, puis perd connaissance. On la plonge dans un coma artificiel pour l’intuber. Le quatrième jour, elle ne se réveille pas. Or Angèle est consciente et souffre sans pouvoir réagir.Pour le personnel médical, elle est très vite considérée comme morte.

Le miracle : une larme
Le 25 juillet, jour de l’anniversaire de son mariage, sa fille aperçoit une larme au coin de son oeil. Elle avertit le personnel médical qui rétorque que c’est impossible. Puis Angèle bouge le petit doigt. Commence alors une longue période de rééducation qui va durer presque un an.

Un cas exceptionnel pour la science
La maladie d’Angèle est le syndrome de Bickerstaff. Il peut se déclencher après une infection aussi commune qu’une rhinopharyngite… Son cas est exceptionnel pour la science. Il fait l’objet de présentations dans divers congrès de médecine et de recherches.

Le cas scientifique qui suscite des réflexions sur des questions médicales d’importance.

L’AUTEUR
En Alsace où elle vit, Angèle a rencontré Hervé de Chalendar, journaliste au journal d'Alsace. Ému par son histoire, il en a fait le récit dans le quotidien où il travaille et a obtenu le prix Hachette. Ensemble, ils ont décidé d’écrire un livre.
L’histoire d’Angèle a aussi fait l’objet d’un portrait dans l’émission de TF1 « 7 à 8 »

 

Mon avis:


Un témoignage bouleversant, un livre qui nous amène à réfléchir sur de nombreuses choses.

Je le conseille à tout à chacun, mais surtout au corps médical...

 

Ce livre m'a été conseillée par ma fille, infirmière en réa-pédiatrie.

 

 

 

 

 

 

 

 

07 octobre 2013

"La dernière séance" Chahdortt Djavann

la dernière seance    3457299-illustration-de-l-39-etoile-jaune-souriant3457299-illustration-de-l-39-etoile-jaune-souriant3457299-illustration-de-l-39-etoile-jaune-souriant

 

Résumé:

Au lendemain de son mariage, une jeune Iranienne, Donya, décide de s'enfuir.
2 récits s'entrelacent.
L'un relate ses aventures picaresques, tragiques, émouvantes. Entre puissance de la volonté, jeux de hasard et fatalité. Téhéran, Istanbul, Sofia et Paris, une femme trace son chemin de liberté.

L'autre se déroule en France dans le cabinet d'un psychanalyste où se dévoilent, de séance en séance, dans la douleur et l'ironie, les secrets les plus intimes de Donya. Le père, la mère, les hommes, l'enfance, la prison, la torture, le viol, la prostitution, l'exil.

Une ode à la langue française, combat, havreet refuge où se construisent à la fois une destinée et un roman.

 

Avis de libraires:

- un superbe roman qui prend aux tripes!! dans une langue française parfaitement maitrisée, C.Djavann nous emporte avec dans cette histoire belle et triste à la fois,l'histoire de Donya,toujours en fuite,de son pays,de sa famille,d'elle-même... un très très beau roman!

- Plongée émouvante et stupéfiante dans la terrible histoire de cette femme, racontée au fil de ses séances chez le psy et de ses souvenirs. C'est aussi un superbe hommage à la langue française, véritable refuge pour une iranienne en colère.

 

Mon avis:

J'ai aimé ce livre qui nous entraine dans une lutte incroyable pour la liberté de la femme. L'écriture est plaisante. Les 2 récits parallèles donnent un rythme non négligeable.

Je vous le recommande.

 

Posté par Photaurore à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 août 2013

"Le chemin de l'espérance" de Stéphane Hessel & Edgar Morin

sans-titrehessel  images

 

 

Résumé:

Notre propos est de dénoncer le cours pervers d’une politique aveugle qui nous conduit aux désastres.Il est d’énoncer une voie politique de salut public.Il est d’annoncer une nouvelle espérance.Stéphane Hessel – Edgar Morin

 

Mon avis:

Si seulement les hommes politiques voyaient ainsi l'Avenir...

Posté par Photaurore à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 juillet 2013

"Une vie plus une vie" Maurice Mimoun

maurice mimoun  3457299-illustration-de-l-39-etoile-jaune-souriant3457299-illustration-de-l-39-etoile-jaune-souriant3457299-illustration-de-l-39-etoile-jaune-souriant

Le livre:

« Maurice Mimoun est un chirurgien fameux, aimé fidèlement par ceux qui grâce à lui ont pu retrouver leur apparence physique même après les plus désastreuses blessures. A la compétence médicale est liée chez lui une exceptionnelle connaissance de la vie ; c’est grâce à elle  que ce livre a pu naître : le vrai roman d’un vrai romancier. Dans ses personnages il ne faut pas chercher  quelque autobiographie dissimulée, mais les grands thèmes de l’existence humaine: le corps, la douleur, l’amitié, la peur, la fatigue, la fidélité, la trahison, la vieillesse… Et la mort  -  avec une étonnante imagination onirique il s’interroge : sera-t-il possible un jour de la chasser de nos vies ? » Milan Kundera

Il règne entre Rania, Simon et Tom, qui se connaissent depuis l’enfance, une étrange alchimie amoureuse. Devenue chirurgienne, Rania reste liée à Simon, brillant chercheur en cancérologie, mais c’est finalement Tom, homme d’affaires hypocondriaque, qu’elle épouse. Rania avait fait le serment de mourir à la place de Simon quand à l’adolescence il avait failli trépasser… 

Le trio amoureux revisité, l’amour et l’éternité ne font plus qu’un, au-delà des souffrances, des plaisirs, des désirs et des sentiments étouffés.

L’AUTEUR Maurice Mimoun dirige le service de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique de l’hôpital Saint Louis et le centre de traitement des brûlés, qui a ouvert en juin 2012. Il a publié aux éditions Albin Michel L’impossible limite (1996) et S’empêcher d’en faire trop (2004).

 

Mon avis:

Très bon livre

Posté par Photaurore à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 juin 2013

"La singulière tristesse du gateau au citron" Aimée Bender

C_La-singuliere-tristesse-du-gateau-au-citron_7939 autocollant-smiley-decu

 

Résumé:

La fantaisie au pouvoir
Le jour de ses neuf ans, Rose Edelstein mord avec délice dans le gâteau au citron préparé pour célébrer ce moment de fête. S’ensuit une incroyable révélation : elle parvient précisément à ressentir l’émotion de sa mère lorsqu’elle a confectionné le gâteau. Sous les couches de génoise et de crème, Rose perçoit le désespoir. Ce bouleversement va entraîner la petite fille dans une enquête sur sa famille. Car, chez les Edelstein, tous disposent d’un pouvoir embarrassant : odorat surpuissant ou capacité de se fondre dans le décor au point de disparaître. Pour ces superhéros du quotidien, ce don est un fardeau. Chacun pense être affligé d’un mal unique, d’un pouvoir qu’il faut passer sous silence. Comment vivre lorsque les petits arrangements avec la vérité sont impossibles ? Comment supporter le monde lorsqu’une simple bouchée provoque un séisme intérieur ?
Dans ce texte original, proche des films de Wes Anderson ou de Michel Gondry, Aimee Bender met une fois de plus l’imagination au pouvoir. Comme le singulier gâteau de Rose, les romans d’Aimee Bender sont recouverts d’un succulent glaçage, fait d’humour et de fantaisie. « Mais au fond ce que fait mademoiselle Bender n’est pas de nous chloroformer avec de jolies fables, puisque ce dont elle nous parle en général et avant toutes choses c’est de la mort. Mais elle nous en parle avec une délicatesse de luciole. » (Véronique Ovaldé)


Aimee Bender vit à Los Angeles. Ses nouvelles ont paru dans Granta, Harper’s ou The Paris Review. En France, L’Olivier la suit depuis ses débuts. Après un roman, ( L’Ombre de moi-même, 2001) et deux recueils de nouvelles ( La Fille en jupe inflammable, 2000 et Des créatures obstinées, 2007), elle a connu pour la première fois un immense succès public aux États-Unis avec La Singulière Tristesse du gâteau au citron.

Mon avis:

J'ai aimé l'idée, il me semble qu'elle aurait pu être plus amplement exploitée, je suis restée dans l'attente de l'arrivée de quelque chose qui n'est jamais venue...comme de sentir le gout d'une tarte au citron, sans avoir pu en gouter un morceau...

 

Posté par Photaurore à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mai 2013

"Tu choisiras a vie" Delphine Renard

41E-QMJrq0L   thumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7U

 

 

 

 

résumé du livre

Le 7 février 1962, l'OAS, voulant déstabiliser le gouvernement du Général de Gaulle,  déposa une forte charge de plastic devant l'immeuble où vivait André Malraux. Or, André Malraux n'était pas chez lui ce jour-là, et une petite fille, vivant dans le même immeuble de Boulogne,  fut défigurée par l'explosion : cette jeune fille s'appelle Delphine Renard. Son visage ensanglanté fit la 'Une' de Paris-Match et contribua lourdement à décribiliser le combat de l'OAS. Aujourd' hui, aveugle et psychanalyste, elle raconte... Son récit est bouleversant. Paradoxalement, il insiste assez peu sur l'épisode tragique du départ, et pas davantage sur Malraux (qui, c'est le moins qu'on puisse dire, ne fut pas très élégant dans cette affaire), car Delphine Renard a accepté ce drame comme une figure du destin - de son destin. D'où ce livre, tout de 'résilience' qui détaille les étapes de sa vie-avec-le-drame : comment renaître ? Comment penser et aimer quand le sort s'est ainsi acharné ? Ce livre, en vérité, est une grande leçon d'espérance. On en ressort heureux et ravivé.

Mon avis:

Un témoignage interessant et dont j'ignorais l'existence, (pas née à cette époque). Cependant une écriture peu fluide, peu douce, plein de douleur qui parfois m'angoissait et que l'on peut comprendre...

Mais changer de vie, aller vers la vie n'est parfois pas d'une grande simplicité...

 

Livre acheté au hasard de mes balades dans les librairies

 

 

Posté par Photaurore à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mai 2013

"A nous de jouer!" Stéphane Hessel

hesselautrement  images

 

Résumé:

Face à la crise économique et financière, S. Hessel interpelle les indignés et les jeunes générations en les exhortant à s'engager concrètement pour changer le monde, être les citoyens d'une authentique société mondiale et être acteur de sa vie.

"L'homme n'a pas seulement un cerveau, il a aussi un coeur et c'est lui qui doit être renforcé... "

 

Mon avis:

Il va s'en dire, un Grand Homme!

Ce petit livre aborde tous les grands problèmes de ce monde, et donne l'espoir d'un avenir meilleur. Nous avons toutes les cartes en mains, comment est il possible que les politiques ne s'en emparent pas?

 

J'ai eu la chance de rencontrer cet Homme, jamais je n'oublierai tout ce que dégageait  cet Homme.

Posté par Photaurore à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 avril 2013

"Un homme effacé" d'Alexandre Postel

goncourt_premier_roman_homme_efface thumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7U

 

La récompense vient de tomber, et l'annonce suit : le Goncourt du premier roman est cette année décerné à Alexandre Postel, pour son livre paru chez Gallimard, Un homme effacé. Avec sept voix sur les dix que compte l'Académie Goncourt, le jeune romancier, né en 1982, a fait l'unanimité.

Résumé:

Damien North est professeur de philosophie dans une université cossue. Veuf, il mène une vie triste et solitaire. Mais un jour, il est embarqué par la police qui l'accuse d'avoir téléchargé sur son ordinateur des images provenant d'un réseau pédophile... L'affaire fait grand bruit, d'autant que Damien est le petit-fils d'Axel North, figure politique historique. L'inculpé a beau se savoir innocent, chacun se souvient d'un geste, d'une parole qui, interprétés à la lumière de la terrible accusation, deviennent autant de preuves à charge.

Même une banale photo de sa nièce, unique enfant de son entourage, ouvre un gouffre d'horribles suppositions. Le terrible engrenage commence tout juste à se mettre en marche. Alexandre Postel décrit avec acuité la farce des conventions sociales, les masques affables sous lesquels se cachent le pouvoir, la jalousie ou le désir de nuire - et les dérives inquiétantes d'une société fascinée par les images

 

Mon Avis:

Très bon roman, une écriture fluide, on s'interroge sur la justice, le jugement d'autrui, la position des avocats...et on réalise à quel point un procès mal mené, peu abouti peut détruire une vie...

A lire...

 

Découvert lors d'une de mes errances dans une librairie...

 

Posté par Photaurore à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 avril 2013

"Pour Vous " de Dominque Mainard

front_cover_large thumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7UthumbnailCABD9L7U

 

Résumé:

Encore adolescente, Delphine a compris de quoi les êtres humains ont besoin : de réconfort, d'illusion, de mensonge même, de tout ce qui peut rendre la vie supportable. Elle a trente-cinq ans et vit grâce à l'agence qu'elle a créée, Pour Vous, un lieu destiné à satisfaire les désirs et à panser les plaies des hommes et des femmes suffisamment riches pour y avoir recours. Mais comment peut-on jouer tous les rôles, adopter toutes les identités, sans se perdre? De nombreux personnages ponctuent le roman : une vieille femme, grande lectrice de livres à l'eau de rose ; un adolescent autiste vivant dans le monde des jeux virtuels ; un homosexuel malade dont Delphine accompagnera les derniers mois et, enfin, l'amant de celui-ci, qui éveillera en elle des sentiments inconnus. Comme dans les précédents textes de Dominique Mainard, les histoires et les fables constituent l'un des fils conducteurs de Pour Vous, mais son thème principal est le cheminement par lequel Delphine s'ouvre à la compassion et à la vie.
 
Mon avis:
 
Un livre que j'ai beaucoup apprécié malgré son étrangeté.
 

Posté par Photaurore à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]