01 mai 2017

"Arrête avec tes mensonges" Philippe Besson

Screenshot_20170501-103438

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ☆☆☆☆

 

Ce livre:

"Quand j'étais enfant,  ma mère ne cessait de me répéter "arrête avec tes mensonges" j'inventais si bien les histoires parait il qu'elle ne savait plus demeler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un metier, je suis devenu romancier.

Aujourd'hui voilà que j'obeis enfin à ma mère je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prevenir d'emblee: pas de reglement de comptes, pas de violence, pas de nevrose familiale. 

Mais un amour,  quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper.

 

Mon avis:

Comme tous les livres que j'ai pu lire de P.Besson, j'ai beaucoup aimé,  et dans celui ci, plus particulièrement la fin.

J'ai enfin compris, pourquoi, dans "Se resoudre aux adieux " il pouvait parvenir aussi bien à se mettre dans la peau d'une femme, exprimer ses pensées, son ressenti, sa sensibilité... ce n'était pas une femme... C'était un homme ... J'ai longtemps pensé qu'une femme l'avait aidé à écrire ce libre, que c'était une livre à 2 mains... je n'ai jamais envisagé que cette histoire pouvait être l'histoire de 2 hommes, et qu'un homme pouvait ressentir ce que je connaissais si bien, je me suis trompée. 

Je vous recommande ce livre.

Je lis cet auteur dès qu'il sort un nouveau livre, son intervention sur France Inter, m'a averti de sa sortie.

 

 

 

 

 

 


21 juillet 2004

"L'épreuve" Béatrice Saubin

File00191_2Béatrice Saubin est née en Septembre 1959 à Rommilly-Sur-Seine. Abandonnée par sa mère, trop jeune pour l’élever, elle grandit avec sa grand-mère dans ce coin reculé de la France. Son enfance ne fut pas facile (elle tombe en dépression très jeune), et l’envie de fuir, voyager, s’ouvrir au monde viennent à la jeune fille de 15 ans ... Au fil de son adolescence, une passion pour l’Asie l’envahit et ne la quittera plus jamais. Du haut de ses 16 ans, elle quitte, pendant plusieurs mois sa ville natale qui l’étouffe pour partir à l’aventure, à pieds ( !) : elle découvre l’Italie et la Grèce, passages obligés pour atteindre son but ... l’Orient. Elle pénètre les secrets d’Istanbul, l’ivresse du voyage lui donne vie et ne l’arrête plus ; elle continue son chemin jusqu’au Liban ... L’Orient la transforme, lui inculque des valeurs jamais rencontrées en Occident, la valeur du Temps, de la Distance qui sépare les personnes, mais ne permet pas la perte d’une personne chère, ... Pourtant, septembre approche avec la rentrée ... retour à Romilly.

Il y a des livres que l'on lit parce qu'on nous les conseille, la presse, des amis, la famille, il y a des livres que l'on croise au détour d'une allée, il a peu de livre que l'on achète parce qu'on a croisé son auteur, enfin sauf bien sur si l'on est dans le journalisme ou critique de presse. J'ai croisé Béatrice Saubin dans une clinique, je ne l'ai pas connue, juste regardée, observée et su qu'elle avait écrit

3 livres

. Je suis allée les acheter, non par curiosité, mais pour la connaître et pour reconnaître ce que j'avais senti émanent de cette femme...j'ai adoré le premier moins aimé les 2 autres, mais j’ai rencontré cette femme et son histoire moi qui n’ai pas osé lui parler, pas pu lui parler…

A partir de son premier périple, Béatrice Saubin ne peut plus vivre en France avec sa Grand-mère qui lui mène la vie dure. Béatrice rêve de Découverte, de Passion, d’Ivresse, de Voyages, d’Aventures ... Plus que jamais, elle ne peut résister à l’appel de l’Orient qui vibre en elle. Elle repart. Elle a 18 ans. Direction l’Inde. Passage à Istanbul, traversée de l’Iran, de l’Afghanistan, du Pakistan, puis enfin ... l’Inde.

Ses pensées, sensations, craintes et découvertes nous sont transmises, elle s’imprègne de tout ce qui s’offre à elle, ce qu’elle voit, ce qu’elle sent ... elle nous donne son voyage, l’impression de le vivre nous vient, ses paroles nous ouvrent à d’autres horizons ... L’envie, à laquelle on essaye de résister, nous prend soudainement, de partir, de la suivre ... Elle poussera sa curiosité jusqu’à la Thaïlande avant de revenir en France pour travailler afin de pouvoir repartir au plus vite. De nombreuses aventures construiront cette jeune française tout au long de ses voyages, pour le moins, fantastiques et fascinants.

Elle n’a pas 20 ans quand elle repart à Bangkok et découvre ensuite la Malaisie. Elle y rencontrera un Chinois avec qui elle vivra une folle passion. Passion qui comme son nom l’indique, la mènera à vivre la souffrance et l’enfer ... Eddy est le nom de ce Chinois qui lui redonnera goùt à la vie après un chagrin d’amour. Ils vécurent une passion dévorante, il lui promit de l’épouser à Paris ... pour celà, il lui offrit une valise (elle qui avait horreur des valises .. ) pour qu’elle l’attende à Paris, le temps qu’il règle quelques affaires professionnelles. Pourtant, le jour de son départ, le 27 Janvier 1980, Béatrice Saubin est arrêtée à l’aéroport de Bayan-Lepas avec 534 grammes d’héroïne dissimulés dans un double-fond de sa nouvelle valise ... Elle a 20 ans. Le traffic de drogue en Malaisie est puni par la mort par pendaison.

Pendant deux ans où elle avait le statut de Préventive à la prison de Penang, avec l’aide d’un avocat du pays, elle prépara son procès. Ces deux ans cloîtrée dans une prison où elle ne connaissait pas même la langue des gardiennes et des prisonnières, et où elle était l’unique "Blanche", lui permettra de faire des rencontres fondamentales à sa survie lors des années futures ...

Le 17 Juin 1982, après six jours de procès où Béatrice clame son innocence, elle est condamnée à mort par pendaison. Elle a 23 ans. Coupable, aux yeux de la justice malaise, elle est coupable d’un traffic dont elle ignore tout. Je vous parle de faits concrets, réels et vécus. Pourtant le plus fou n’est point celà, ce qui nous trouble au plus profond de nous, c’est ce qu’elle nous dit : elle nous transmet et nous décrit tout ce qu’elle ressent à l’instant présent, au moment du verdict, ce qu’elle vit, sa douleur, et ses questions qui ne cessent plus de fuser ...

C’est bien différent d’une biographie où l’auteur parle à la troisième personne. Là, le ""je" est l’unique fil conducteur du livre. On pénètre une sorte de journal intime. On n’en pas nos yeux, et pourtant si, c’est bel et bien vrai, c’est ELLE, son être ... Non seulement elle nous ouvre des portes toujours fermées comme celles des prisons, celles des histoires de femmes brisées, celles de la décadence et de l’horreur, mais surtout, ses portes en Elle, elle s’est ouverte au Monde oriental, comme dans ce livre où elle nous confie sa vie, à nous pauvres lecteurs, plus de 25 ans après les faits ...

Par miracle, un grand avocat français, suite à l’appel désespéré de la Grand-mère de Béatrice, vient au secours de la jeune femme, et le 25 Août 1982, Béatrice Saubin entend ce mot "LIFE" de la bouche de trois juges au sein de la Cour Suprême.

Vivante, après deux mois de pensées mortelles, de cauchemars de cordes et de potences, deux mois pendant lesquels elle avait perdu tout espoir de vie et d’avenir, deux mois d’attente de la Mort. Béatrice Saubin, ne sera donc pas condamnée à mort, mais passera 10 ans de sa vie en Prison en Malaisie pour avoir aimé et s’être fait manipulée ... Elle sortira de prison le 5 Ocotbre, elle a 30 ans.

Ce vécu, nous transperce de courage, d’espoir et d’Amitié, une histoire qui reste gravée dans votre mémoire ...

  • "quand la porte s'ouvre"

  • "la corde au coeur"

sont ses 2 autres livres.

Posté par Photaurore à 13:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]